Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Algrange hier - Le blog de Roland

L'enseignement et les écoles d'Algrange

3 Août 2016, 07:00am

Publié par R.S.

              Depuis quand y a-t-il une école à Algrange ? Peu de documents existent, seul apparaît sur des actes d’état civil les noms de maître d’école : Jean-Louis CHASSEREZ en 1751, Jacques FRECHEIN dans les années 1765, Jean Lucien Théodore BOURGOGNE…

La maison commune qui servait pour la mairie avait-elle une salle réservée pour une classe d'école??

La première maison d’école de la commune d’Algrange apparaît dans des archives communales datées de 1834. Ces archives disaient que les habitants d’Algrange s’étaient réunis dans la maison d’école de la commune à la demande d’un commissaire, délégué du Sous-Préfet, pour écouter une délibération du Conseil municipal d’Algrange, qui vendait une pièce de terrain, pour aider à la construction d’une école devenue nécessaire et urgente......

L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange

Les délibérations concernant cette nouvelle école durèrent plusieurs années. En avril 1838, un rapport fut fait concernant le terrain de l’ancien cimetière qui était proposé en échange de celui de Sieur FREICHEN, situé entre deux maisons, celle de M. BOMBARDIER et celle de M. HILLEN. C'est ce terrain qui fut choisi par rapport à l'ancien cimetière en haut de la rue de la Fontaine.....

Et la maison d’école fut construite et ouverte en 1839 comme en témoigne un acte d’octobre 1839 approuvant la réception définitive des travaux exécutés par l’architecte REIGNIER de Thionville et Jean-Baptiste LEFORT, entrepreneur d’Hayange. Une salle du premier étage était consacrée aux réunions pour le maire et ses adjoints, on y faisait les réunions du CM, les mariages et autres tâches administratives. Cette première  " mairie " fut ensuite transférée dans l'école des garçons en face de l'église (qui devint ensuite école des filles) avant de se trouver dans l'actuelle mairie ouverte en 1905.

Cette école est celle figurant sur le plan d’Algrange en 1880. (Chronique du Pasteur HANSTEIN " En 1880-1882, lors de leurs arrivées, les premières familles protestantes furent obligées d’envoyer leurs enfants à l’école primaire catholique de céans "  écrira en 1909, le Pasteur HANSTEIN.

L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange

En 1857, le Sous-Préfet demanda la construction urgente de lieux d’aisances pour cette école. Avant sa démolition en 1911 pour le passage du tramway, cette école située au-dessus de la place du marché, abritait un atelier de plomberie-zinguerie. L’un des instituteurs de cette école fut un ancien charpentier sans connaissances spécialisées, qui n’avait fréquenté ni Ecole Normale, ni autre institut Pédagogique. Luxembourgeois de naissance, il avait été nommé instituteur seulement parce qu’il savait lire et écrire l’allemand et le français. Il s’appelait STOFFEL. (balourd ou lourdaud en français)

L'enseignement et les écoles d'Algrange

D’après le Pasteur HANSTEIN, Wilhelm THORN se souvenait très bien de cet instituteur et de ses camarades de classes tels : MM. BOMBARDIER, GILLE, SCHULER, MAILLIARD, ROBERT, KIPTIENNE, PELZER… (ce dernier sera plus tard facteur à Algrange) Les enfants des familles protestantes, la plupart originaires de Nassau, ne pouvaient recevoir un enseignement religieux sur place, mais seulement le jeudi à Thionville, auprès du Pasteur de garnison.    

Rares furent les enfants qui affrontèrent cette longue distance ! Le Pasteur de garnison CARSTED affirmait en 1883 : " Les enfants Protestants ont plus de connaissances de toutes sortes de saints que du docteur Martin LUTHER. Récemment en leur posant des questions au sujet de LUTHER, plus d’un enfant n’avait aucune connaissance de lui. Un garçon affirma que c’était un homme pieux ! Non ! répondit une petite fille désabusée, c’était un hérétique. Et il s’agissait là d’un enfant Protestant ! "

En raison de l’afflux de population dans les années 1880, cette école se remplissait d’une façon telle qu’on fut obligé de mettre en place un enseignement à mi-temps et de penser à transformer le bâtiment ou à en construire un nouveau.

L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange

L’école protestante.

On comprend que très rapidement on eut l’idée de construire une école privée par les Protestants. Dès 1883, Carsted encouragea les associations Gustav-Adolf à construire des écoles protestantes dans la vallée de la Fensch.    

La requête émanant des Protestants algrangeois consistant à l’installation d’une école protestante fut rejetée par les autorités d’arrondissement. La raison invoquée fut : " qu’il ne peut être envisagé une école protestante à Algrange d’autant moins que le nombre indispensable d’enfants d’âge scolaire n’est pas encore établi et que les Protestants d’Algrange ne sont pas des Alsaciens-Lorrains." Voilà ce qu’écrit une autorité gouvernementale aux Protestants algrangeois.

Il était facile pour ces Protestants de remplir la première condition, pour cela il suffisait de faire venir quelques familles nombreuses, cependant il n’était plus possible de remplir la seconde car les Protestants d’Algrange ne pouvaient pas être des Lorrains autochtones, ni le devenir, même avec la meilleure volonté.

Ainsi, il n’y avait rien à espérer ni de la part du gouvernement, ni de la part de la société civile. De ce fait, ils furent obligés de trouver les moyens nécessaires en vue de la construction d’une école privée.    

Suite à la requête du Pasteur CARSTED, le groupe des dames de l’association Gustav-Adolf de Naumburg fit parvenir une somme de 60 marks pour une école protestante dans la vallée de la Fensch.

L'enseignement et les écoles d'Algrange

Les Protestants continuèrent leur quête auprès des sociétés minières Burbach, Stumm et Röchling qui leur accordèrent respectivement 300 marks par an. Les familles protestantes s’imposèrent elles-mêmes de 8 marks par enfant. En février 1885, le gouverneur promit 800 marks pour l’installation et 260 marks annuellement pendant 3 ans. Ainsi cette école provisoire vit le jour et fut ouverte le 1er mai 1885.    

Au cours de la séance du 19 mai 1885, elle se plaça sous l’autorité du Consistoire de Metz, d’autant qu’elle était la première et provisoirement la seule école primaire protestante dans l’arrondissement de Thionville. Grâce à cela le Consistoire fut obligé de s’occuper d’Algrange.

Pour cette école, on loua dans la maison BOREL (dans la rue principale, face à l’église catholique actuelle) une salle pour 350 marks qui servait en même temps de lieu de culte à la communauté protestante, le dimanche. Le revenu de l’instituteur s’élevait à 800 marks et comprenait la gratuité du logement.

Le premier instituteur de cette école s’appelait Victor GANGLOFF de Hangviller. (en Alsace) A son ouverture, elle comptait 26 élèves. Monsieur GANGLOFF fut remplacé le 1er octobre 1886 par Monsieur SCHLUMBRECHT, qui fut lui aussi remplacé le 1er octobre 1887 par Friedrich BERGTOLD.  

Le 1er avril 1892, il fut fondé une seconde classe et c’est Mademoiselle Marie HOFFMANN qui fut la première institutrice. Le 1er avril 1895, l’instituteur BERGTOLD fut remplacé par Monsieur LEBERL auquel succéda Christian NUNGE le 16 mai 1896. Le 1er avril 1899 lui succéda Emile ENGEL et en même temps Mlle MANTHEY fut nommée en qualité d’institutrice de la 3ème classe, nouvellement aménagée.    

L’accroissement de la population allait si vite que les instituteurs étaient dépassés et manquaient… Pendant ce temps, une nouvelle école fut construite (à côté de l’actuelle mairie) et ouverte le 1er octobre 1900.  

Des postes vacants restaient à combler pendant plusieurs mois, fin 1902. Mlle MANTHEY fut mutée à Metz en octobre 1902. A titre d’auxiliaires, il fut envoyé de temps en temps du personnel catholique. Ainsi, le 28 janvier 1903, l’instituteur MANJEAN, en octobre Mlle COUSTANS.

En avril 1903, cette école comptait 226 enfants, ce qui entraîna la création d’une 4ème classe, sans pour cela créer un nouveau poste d’instituteur. Le système scolaire fut élaboré d’une façon telle qu’il n’y ait qu’une seule entrée et qu’une seule sortie (à Pâques) et que toutes les classes soient formées selon l’âge et non selon le sexe.    

Le 20 avril 1903, arriva Mlle Anna HÖLLTERHOFF et le 11 avril 1904 Albert HERBSTER. Le 1er octobre 1904 , le premier instituteur de l’école protestante M. ENGEL fut nommé directeur. Le 11 juin 1905, parallèlement à l’instauration d’une 5éme classe, arriva Paul KÜNTZEL qui repartit dès le 1er octobre de la même année pour effectuer son service militaire. Il fut remplacé par Ludwig KREMER qui commença lui aussi, son service militaire le 1er octobre 1906.  

Le 21 janvier 1907 vit la mutation de M. HERBSTER d’Algrange vers Hangviller et de Mlle MÜLLER de Hangviller vers Algrange. Le 21 avril 1907, c’est à Friedrich ARNOLDI que fut attribuée la sixième classe créée le 9 avril de la même année. Mlle HÖLLTERHOFF fut mutée à Metz.

A la place de M. KREMER qui était revenu le 1er octobre 1907, mais qui est reparti le 3 janvier 1908 pour Lixeim, arriva Edouard ZILLINGER. Le 1er avril les instituteurs ARNOLDI et ZILLINGER partirent faire leur service militaire à Metz et furent remplacés par Georges BAUER et Mlle RAMSBOTT, le 28 avril 1908.

Pour le personnel enseignant protestant il fut loué une maison, à côté du temple protestant, servant de logement de service.

L'enseignement et les écoles d'Algrange

L’école supérieure. (Réalschule)

         Le 22 mai 1906, la Société Union Scolaire d’Algrange, représentée par le Maire : M. WILZER passa avec Daniel MAXEINER un bail concernant la location d’une maison devant servir de local pour une école professionnelle.

            En juillet 1906, l’Oberschulrat de Strasbourg autorisa la commune d’Algrange à ouvrir une école privée et en automne 1906, fut ouverte au n°3 Friedenstrasse, une école primaire supérieure grâce à l’aide des industriels et de la société civile.

            Ecole privée pour ce qui était des petites classes, avec également une section pour les jeunes filles où le latin y était enseigné. En décembre 1908, on comptait 3 professeurs diplômés de l’enseignement supérieur, dont l’un était protestant, plus un professeur de collège et un instituteur, tous deux également protestants. L’école est d’ailleurs fréquentée par une majorité de Protestants : en 1908, il y avait 37 catholiques pour 45 protestants dont 25 étaient d’Algrange. Elle fut transformée en institution publique de l’Etat en 1914 et dissoute le 31 juillet 1919. M. LACHMANN fut le directeur de cette école préparatoire.

L'école Wilson

En 1900, une école fut construite au n°5 de la rue de la Paix (ensuite n° 41 rue Wilson) en même temps que l'école de la mairie. Elle fut une école de filles jusqu’en 1933, puis elle devint une école de garçons suite au transfert avec l’école face à l’église catholique, en même temps que l'ouverture d'une nouvelle école à côté.

L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange
L'enseignement et les écoles d'Algrange

Ecoles maternelles.

- rue Wilson depuis 1956

- rue du Chemin des Dames (derrière la Chapelle)

- rue de Londres depuis 1958

- rue de Lorraine depuis 1956 et agrandie en 1972. Baptisée Ecole La Lorraine en juin 2010

- au Batzenthal depuis 1974

Commenter cet article

Martine 03/08/2016 10:49

Bonjour! ça fait tout drôle de voir la vieille photo de l'école de la mairie! Elle n'a pas changé! J'y ai laissé tellement de souvenirs.... Merci pour toutes ces informations! J'ai toujours beaucoup de plaisir à vous lire! Mon frère François Portante était à l'école avec vous, j'espère que vous en avez gardé un petit souvenir. Bonne continuation! et MERCI!

Roland 03/08/2016 19:33

Oui je me souviens bien de lui, vous habitiez rue Jean-Burger en face de l'auto-école

DUBOIS Evelyne 17/07/2011 09:23


Mon grand-père a été instituteur à Algrange avant la guerre 14/18. Il s'appelait Arthur DUBOIS. On ne trouve trace nulle part???
(30/04/2010)


R.S. 17/07/2011 09:26



C'est vrai il existe peu d'archives de cette période de l'annexion à Algrange, c'est pour cela que je n'ai pas tous les noms des professeurs, instituteurs et autres. Désolé


Cordialement



Bieger Reinhold-René 17/07/2011 08:37


Jusqu´à présent je ne poursuivais que le blog Algrange son passé. Je me suis pris le temps nécessaire de regarder votre blog Algrange ses origines. Mon cher Roland, je suis complettement éssouflé
de votre travail, tout ce rassemblement d´informations, incroyable. Je n´exagère pas. Algrange vous doit beaucoup. À mon tour de vous dire encore une fois MERCI pour ce travail énorme et pour cette
possibilité de pouvoir vous lire!


R.S. 17/07/2011 09:29



Bonjour René


c'est pour cela que j'ai décidé de scinder le blog existant en deux, une plus culturelle et soucieuse du passé comme celle-là et l'autre qui continuera à vivre avec le quotidien algrangeois.