Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Algrange hier - Le blog de Roland

L'Alsace-Lorraine jusqu'en 1918

8 Avril 2013, 17:00pm

Publié par R.S.

Il y a une très fâcheuse habitude en France d'associer l'Alsace et la Lorraine un euphémisme que dénonce Alsaciens et Lorrains. En effet, leur origine, histoire et vicissitudes, langues et dialectes, us et coutumes, attestent de leurs différences fondamentales.
En francique, on appelle alors ce territoire " Lotharringen " (Ringen est la forme francique de reich). Les habitants romanophones (langue d'oil) prononcèrent Loherreigne (reigne est la forme lorraine de royaume, loher est une variante de Lothaire) et c'est la Loherreigne qui a donné la Lorraine. Au Moyen-Age, on nommait les habitants les francs loherenc, d'où le Lorrain. Alors, qu'après 1648, l'Alsace est peu à peu annexée par Louis XIV. Le duché de Lorraine reste indépendant jusqu'en 1766. 

L'Alsace-Lorraine jusqu'en 1918

La frontière linguistique du domaine germanophone et du domaine romanophone en Europe partage la Lorraine en deux parties et reste toujours valable de nos jours. Mais il faut rappeler que le lorrain allemand est du francique (non alémanique comme en Alsace) et la langue du Mitteldeutsch (du Hochdeutsch en Alsace)
En 1871, la partie germanophone de la Lorraine (correspondant principalement au département de la Moselle) devient, avec l'Alsace, le Reichsland Elsaß-Lothringen
 dans l'Empire allemand, jusqu'en 1918, tandis que les cantons lorrains germanophones de Saales et Schirmeck (faisant partie du département des Vosges) deviennent alsaciens. C'est la seule période où Alsace et Lorraine ont été réunies.

L'Alsace-Lorraine jusqu'en 1918

Le premier contact entre la France et les provinces recouvrées a été marqué par un élan irrésistible vers la France mais bientôt après se produisit une réaction contre les tendances excessives d'unification, ce qui est connu sous le nom de " malaise alsacien-lorrain ":

1) Un des premiers malentendus est né de la germanophonie en Alsace-Lorraine, les Français croyant dans leur grande majorité que celle-ci était une importation allemande postérieure à 1871. En fait, les parlers allemands en Alsace-Lorraine remontent à plus de quinze siècles. Plus ou moins bien compris par la population dans son ensemble avant 1871, le français n'était vraiment parlé que dans la bourgeoisie. Il n'y a eu importation linguistique allemande que dans les zones francophones des régions messine et vosgienne Elle fut d'ailleurs nécessairement d'ordre scolaire et d'une efficacité très inégale.

2) Beaucoup de Lorrains ayant servi dans l' armée allemande pendant la guerre de 1914-1918 ne purent revenir qu'après l'armistice, lorsque les Français avaient déjà fait leur entrée. Ils furent reçus avec une animosité méfiante, comme des prisonniers ennemis, encadrés de troupes baïonnette au canon et dirigés vers une forteresse. Ce n'était sûrement pas leur faute d' avoir servi dans les rangs allemands...

3) L'idée d'une classification de la population d'Alsace-Lorraine avait été proposée par l'abbé Wetterlé à la conférence d'Alsace et de Lorraine qui prescrivit dès le 19 et 26 avril 1915 de subdiviser la population en 4 catégories : A - B - C - D. Dès l'entrée des troupes, les Mairies furent averties d'établir des cartes d'identité qui servaient en même temps de pièces de légitimation. 

L'Alsace-Lorraine jusqu'en 1918

- Reçurent la carte A fut délivrée d'office aux Alsaciens et Lorrains qui avaient eu la nationalité française avant 1870 ou à ceux dont les parents et grands-parents avaient été dans ce cas. Ils furent " réintégrés de plein droit " .

- Reçurent la carte B ceux dont l'un des parents était de descendance étrangère.

- La carte C fut délivrée à ceux dont les parents des deux côtés étaient nés dans un pays allié ou neutre.

- Reçurent la carte D les étrangers originaires des pays ennemis (allemands, autrichiens, hongrois, etc.) et leurs enfants, même s'ils étaient nés en Lorraine.

Ces cartes d'identité ont joué un grand rôle lors de l'échange de l'argent allemand et des élections et pour la circulation dans le pays. Les titulaires de la carte D et des indésirables durent quitter le pays. Ainsi, de décembre 1918 à octobre 1920, 100 000 Allemands, dont 14 000 fonctionnaires, les uns de gré, les autres de force, quittèrent le pays. Parmi les volontaires figura Mgr. Benzler, évêque de Metz, qui dut démissionner le 12 janvier 1919. Il avait reçu l'ordre de se présenter, le 27 avril 1919, à la gare centrale de Metz. Grâce à l'intervention de son successeur, le vicaire général de Metz, Pelt, cet ordre fut retiré et Mgr. Benzler put quitter, le 27 août, son diocèse par Sierck-Perl. Les vicaires généraux Pelt et Cordel et le Chanoine Collin l'accompagnèrent jusqu'à la frontière. Il est décédé le 16 avril 1921 à Lichtental, archevêque titulaire d'Attala; il fut enterré à l'abbaye bénédictine de Beuron. (Un prédécesseur de Mgr Benzler, Mgr Dupont des Loges, bien que né à Rennes le 11 novembre1804, avait pu cependant continuer d'exercer ses fonctions d'évêque sous la domination allemande jusqu'à sa mort, survenue le 18 août 1886).

A partir du 7 mai 1919, les fonctionnaires ne comparurent plus devant les commissions de triage; ce jour, les conseils de discipline furent rétablis, mais le commissaire général se réservait le droit de déplacer d'office ou de suspendre les fonctionnaires pour des motifs politiques. Le 27 octobre 1919, après la ratification du traité de paix, le 12 octobre, Millerand envoyait aux Présidents des commissions de triage la circulaire suivante : "...La ratification du Traité de Paix offre pour les Alsaciens et Lorrains réintégrés dans la nationalité française un régime nouveau qui ne comporte plus le maintien des mesures en vue desquelles les Commissions de triage et de Classement au second degré avaient été instituées. La mission qui vous avait été confiée ainsi qu'aux membres devra être considérée comme terminée..."

 

Le drapeau d'Alsace-Lorraine...

Le drapeau d'Alsace-Lorraine...

Commenter cet article

Al 23/07/2016 13:09

bonjour,
voilà un intéressant exposé sur les cartes a-b-c-d.
Toutefois, quand vous dites "les cantons lorrains germanophones de Saales et Schirmeck" il semble que vous n'y avez jamais mis les pieds, ni les oreilles !! La langue y est bel et bien romane ainsi que la toponymie ( tendance "vosgienne" avec des Basses et des Gouttes ) , excepté les noms des bourgs qui furent chef-lieux de seigneurs germanophones tels Schirmeck (dépendance du prince-évêque de Strasbourg) ou Waldersbach (Ban-de-la-Roche)
bien le bonjour là haut (et sur le "plateau", qu'il m'est arrivé de débroussailler il y a bien longtemps !)

Urgo 20/04/2013 18:34


Le terme "Alsace-Lorraine" a surtout était utilisé dans la France de....l'intérieur, afin de sensibiliser les populations et d'en faire un symbole national. Dans ma ville de naissanse, le
quartier où j'habitais, avait (et a toujours...) sa rue Alsace-Lorraine. Et j'imagine que dans beaucoup d'autres villes françaises, le phénomène était identique. Une façon comme une autre
d'exorciser la défaite de 1870. 

Bieger Reinhold-René 09/04/2013 22:07


Chapeau, Roland, de quel tiroir avez-vous tirez ce passé, l´historique de l´Alsace et de la Lorraine ? Bien sûr cela m´intéresse toujours. À ce sujet je suis moitié historien et comme bilingue je
lis cette histoire des 2 côtés.


J´ai l´intention, enfin, de passer quelques jours en mai ou juin à Algrange.


Amitiés     René 

R.S. 11/04/2013 17:59



Bonjour rené et bienvenue dans votre ancienne patrie!!


C'est vrai il y a beaucoup à raconter sur cette partie qui a connu de nombreux propriétaires et dont les habitants ne savaient plus à qui ils appartenaient....